L’ALENA (NAFTA) : le cas nord-américain

0
3756

L’ALENA (NAFTA) : le cas nord-américain

Le N.A.F.T.A (North American Free Trade Area) ou A.L.E.N.A (Accord de Libre-Échange Nord-Américain) a été signé en 1994 entre le Mexique, les États-Unis et le Canada. Il vise à la suppression progressive de toutes les barrières tarifaires et non tarifaires à la circulation des biens, des services et des capitaux entre les membres de cette alliance (taxes, quotas, subventions aux exportations, etc), mais pas des hommes – théoriquement, la libre circulation des marchandises aurait dû être effective en 2010. La principale caractéristique de cette alliance est la liberté de circulation des capitaux. Cette zone se fonde sur le démantèlement des barrières aux échanges et la libéralisation des mouvements de capitaux.

Logo-NAFTA

L’ALENA est le premier traité visant à instaurer une intégration entre un pays riche (les Etats-Unis) et un pays émergent (Mexique). En effet, le revenu moyen mexicain correspond à seulement 15% du revenu américain. Le processus d’intégration donne lieu à des accords préférentiels. Une union douanière et un marché commun vont être créés et les investissements américains vers le Mexique vont augmenter. Beaucoup de secteurs industriels tels que le textile, l’automobile ou encore la métallurgie sont délocalisés au Mexique. Beaucoup d’investissements canadiens ont aussi été fait au Mexique, notamment dans les plateformes (services aux entreprises). Toutefois, la majeure partie des investissements nord-américains au Mexique se fait dans l’industrie. Chaque pays a sa propre politique monétaire et budgétaire, même si le dollar américain a un rôle prédominant dans l’économie mexicaine. Les flux migratoires sont globalement restés les mêmes. L’immigration clandestine pose problème parce que les États-Unis ont besoin de cette immigration dans les États du Sud des États-Unis. Pour le moment, l’accord est figé et n’est pas aussi évolutif que celui de l’Union Européenne.

Carte des pays membres de l'ALENA
Carte des pays membres de l’ALENA : Canada, Etats-Unis, Mexique

L’A.L.E.N.A permet de favoriser l’émergence de la concurrence, augmenter les possibilités d’investissement, protéger la propriété intellectuelle (si des produits mexicains copient la technologie américaine, ils sont bannis), favoriser la coopération économique, sociale, commerciale et financière (les pays conservent leur autonomie monétaire et peuvent manipuler leur taux de change). Par exemple, pour la politique monétaire, la politique du taux d’intérêt peut attirer les capitaux mexicains aux États-Unis. Il n’y a pas de zone monétaire dans l’A.L.E.N.A. La liberté de circulation des hommes n’existe pas : il y a un contrôle des flux migratoires qui s’est concrétisé par la construction d’un mur (le « mur de la honte »). L’A.L.E.N.A a permis l’accroissement de la croissance et du commerce. Pour les consommateurs, le prix, la qualité et la quantité ont évolué en leur faveur. Pour les entreprises, les perspectives de marché sont accrues.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.