La Révolution Industrielle en Grande-Bretagne : Une référence

0
3360

La Révolution Industrielle en Grande-Bretagne : Une référence

Les performances économiques et industrielles du Royaume-Uni servent de modèle à toutes les nations européennes, mais aussi pour le Japon et les États-Unis. L’économie japonaise décolle au XIXème siècle grâce aux techniciens anglais, aux capitaux anglais et à l’intervention massive de l’État japonais. Les Japonais abandonnent le principe du servage et utilise les technologies des autres pays (États-Unis, Royaume-Unis) dans l’industrie, mais aussi l’armement. Les chemins de fer sont le premier secteur à profiter de la révolution industrielle au Japon. Leur exploitation se fait par des compagnies privées japonaises. Le Japon cherche à développer le modèle social car il ne veut pas refaire les mêmes erreurs que les européens. Ils sont donc plus sensibles à la classe ouvrière.

La seconde révolution industrielle voit apparaitre de nouvelles innovations : électricité, moteur à explosion, innovations dans les transports, innovations dans les techniques de production. Ces innovations se propagent à travers l’Europe. Le centre de gravité des innovations commence à se déplacer du Royaume-Uni vers le continent américain et vers l’Europe continentale (France, Prusse (devient l’Allemagne vers 1870), etc). Les nations profitent de leurs forces pour innover. À la fin du XIXème siècle apparaissent de nouvelles puissances sur l’Europe continentale, mais aussi aux États-Unis qui sonnent le glas du Royaume-Uni, trop enfermé dans l’utilisation du charbon.

Pourquoi la Révolution Industrielle a-t-elle démarré en Grande-Bretagne ?

  • Le Royaume-Uni était une nation riche en fer et en charbon, géographiquement bien situé en termes de transport, de voies fluviales. De plus, Londres était un débouché essentiel pour l’agriculture. Le pays avait donc déjà une infrastructure facilitant le développement.La Grande-Bretagne est devenue une grande puissance maritime, commerciale, productive et militaire. L’utilisation des matières premières situées dans le sol anglais a permis de fabriquer de très nombreux produits manufacturés. Ils ont extrait les matières premières des colonies et se sont spécialisés dans la confection de produits manufacturés. Ceux-ci peuvent être après revendus aux colonies. Très vite, les Anglais abandonnent l’exploitation des matières premières pour se reconcentrer sur les produits manufacturés.
  • Les activités industrielles se sont très vite développées en milieu rural avec des familles paysannes. Ces familles paysannes qui récoltaient les matières premières apportées par des commerçants constituaient une structure économique facilitant le développement du milieu rural. C’est ce que l’on appelle la proto-industrialisation. Ce n’est qu’après que l’exode rural a eu lieu.
  • Le produit pour la masse : le développement de la consommation de masse a permis de fabriquer en grande quantité, mais ce n’est pas la même masse qu’avec le fordisme. Le développement est alors basé sur la consommation. Les produits manufacturés, auparavant réservé à une élite, sont accessibles à tous. La consommation va absorber la production : plus on consomme, plus on s’enrichit.
  • Les transports sont très performants et permettent d’acheminer la production jusqu’à la capitale.
  • Avant, la religion insistait sur la charité, le don, etc. Tous ces préceptes ont été mis de côté avec l’arrivée du protestantisme. Celui-ci a tendance à valoriser le travail, l’esprit d’entrepreneur (Max Weber). Les protestants condamnent la pauvreté : si un individu est pauvre, c’est parce qu’il l’a voulu, donc il ne faut pas l’aider en lui donnant de l’argent, mais en l’aidant à retrouver du travail. En effet, la mendicité permet l’oisiveté. La richesse doit être valorisée. Dès que l’on a de l’argent, il faut l’épargner et l’investir de manière productive. À l’inverse, les catholiques n’épargnent pas : ils consomment tout pour eux ou pour leur plaisir. L’entrepreneur est l’individu principal chez les protestants car il doit travailler. Par son travail, il dégage du profit, ce qui lui permet d’investir : Les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après demain (Théorème de Smith).
  • La monarchie parlementaire (fin de la monarchie absolue, présence d députés qui votent les lois) en 1688 (la Glorieuse RévolutionAnglaise) permet l’émergence de nouvelles idées et de nouvelles valeurs. Elle a donné plus de pouvoir aux députés qui agissent aux noms des grands propriétaires terriens et autres habitants dela Grande-Bretagne. JohnLocke (philosophe) a inscrit la monarchie parlementaire dans ses écrits comme condition nécessaire au capitalisme.
  • Le machinisme (passage de l’artisanat à l’industrie) est important dansla Révolution Industrielle.Les transformations des modes de production permettentla Révolution Industrielle.Les outils utilisés, des machines de plus en plus complexes, permettent de produire en masse. Les capitalistes sont les individus qui financent ces machines dans les entreprises. Le capitaliste est donc une sorte de banquier. Le salarié vend sa force de travail pour le compte du capitaliste.
  • De nouvelles sociétés (les premières sociétés anonymes ou S.A) sont créées en 1856 pour permettre la récolte de fonds plus importants.
  • La Grande Bretagne est une grande puissance commerciale, coloniale et maritime (Commonwealth : Richesse Commune), ses infrastructures et réseaux de transport sont extrêmement développés et Londres assure de très nombreux débouchés.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.