C'est la peur du blackout qui explique la sobriété énergétique…
C'est la peur du blackout qui explique la sobriété énergétique…

Temps de lecture estimé : 2 minutes environ

Et voilà, 2022 est terminée. A nous 2023 ! Comme nous vous l’écrivions l’année dernière, chaque nouvelle année […] est l’occasion […] de prendre les fameuses bonnes résolutions

Parmi les multiples idées qui peuvent nous venir en tête, celle qui est probablement typique de 2023 est la sobriété énergétique. Souvenons-nous qu’en début d’année dernière, le conflit russo-ukrainien n’avait pas à ce point explosé. Que début 2022, des mesures restrictives étaient encore en vigueur afin de venir à bout de l’épidémie de Covid-19. Fort heureusement, la Covid-19 est passé à l’arrière-plan. Mais le conflit russo-ukrainien a ravivé les tensions sur le marché de l’énergie.

De l’inflation de l’énergie à l’inflation de l’électricité

La Russie est l’un des pays qui exporte le plus au monde de produits énergétiques (gaz, pétrole…). Du fait du marché unique de l’électricité en Europe, les contraintes liées au gaz renchérissent considérablement le prix de l’électricité en Europe. Ceci notamment en raison de l’importance du gaz dans le mix électrique allemand (15,2%). De ce fait, l’inflation des prix du gaz contamine le prix de l’électricité.

Si la question tarifaire explique le prix de l’électricité, le niveau actuel de sa production reste à élucider. Les centrales nucléaires françaises fournissent 60 600 MW, soit l’équivalent de la consommation de plus de 25 millions de foyers. Or presque la moitié de ces centrales subit actuellement des opérations de maintenance. Celles-ci ne pouvaient plus mal tomber. Les autres sources d’énergie (parc éolien, solaire…) ont le principal inconvénient d’être intermittentes (à l’exception notamment de l’énergie hydraulique ou obtenue à partir du charbon ou du pétrole). Et particulièrement d’être à l’arrêt lors des pics de consommation (soit en cette saison, en début et en fin de journée).

A lire également  Du petit village gaulois à la sidération

C’est la peur du blackout qui explique la sobriété énergétique…

De ce fait, la probabilité d’un blackout toutes choses égales par ailleurs devient suffisamment importante pour justifier une inquiétude, d’où des appels à la sobriété énergétique, nouveau mantra médiatico-gouvernemental. Cette sobriété énergétique n’est ni plus ni moins que l’adoption d’un usage responsable de l’électricité. Mais malheureusement, elle se fait plus en raison de la peur du blackout ou pour motif budgétaire que par souci d’économie des ressources….

En effet, malgré les multiples appels de toute sorte en temps normal à l’arrêt du gaspillage, à la consommation plus responsable, à la dénonciation de toute démesure, on ne peut que déplorer que le principal motif de cette sobriété soit la peur (du blackout) quand ce n’est pas le souci du budget, et non pas simplement l’optimisation des ressources pour les préserver…

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.